VOYAGE A VERDUN ET A BAR-LE-DUC - 2015

                      COMPTE-RENDU DE NOTRE VOYAGE DES 15 ET 16 AVRIL

Afin de se différencier d’autres voyages à VERDUN, j’ai privilégié une trame basée sur la vie des hommes, pendant ces années terribles qui ont marqué plusieurs générations.

Ces combattants, venus de plusieurs continents, ne se sont pas battus sans relâche pendant plusieurs années. Nous avons donc visité les zones de combats comme il est de coutume et nous nous sommes attardés assez longuement sur la vie dans les zones de repos à Verdun et sa région.

 VISITE DE LA CITADELLE SOUTERRAINE DE VERDUN

Les 19 participants se sont retrouvés le 15 avril 2015 à 9 heures 45, exactitude militaire, devant l’entrée de la Citadelle Souterraine de Verdun.

Entre 1886 et 1893, sous la Citadelle de Verdun, des galeries et des casemates ont été creusées et organisées pour recevoir 2000 hommes afin de leur faire jouer un rôle logistique essentiel dans la bataille de Verdun.

A bord de petits wagonnets autoguidés, nous découvrons par des hologrammes, la vie quotidienne des soldats français qui attendent de repartir en première ligne après quelques jours de repos. Aux détours d’une allée, dans une casemate des vues nous relatent la vie des poilus dans la boulangerie, les cuisines, les chambres, l’hôpital, l’état-major.

    2015 15 04 verdun    

 Moment émouvant : Nous assistons à la cérémonie du 10 novembre 1920, lorsque le caporal   Auguste  THIN, choisit  parmi 8 cercueils , celui qui deviendra le soldat inconnu.

Nous quittons ce lieu chargé d'histoire pour nous diriger vers le restaurant "Le Clair de Lune" où un bon repas nous attend.

C’est l’instant pour faire connaissance avec les nouveaux venus, Pierre-Yves COLLARD, Raymonde et Henri MARTISCHANG à qui nous souhaitons la bienvenue.

A 14 heures, nous rejoint Clément, notre Guide, pour une visite commentée des champs de batailles.

FLEURY DEVANT DOUAUMONT.

Nous avons peine à penser que 422 habitants vivaient dans cette localité avant 1914.

2015 15 04 douaumont    

  Il ne reste que quelques ruines et une terre retournée par les obus où la végétation a repris ses droits. Au cours des combats de 1916, Fleury a changé 16 fois de main.

A la fin de la guerre, Fleury est reconnu « village Mort pour la France ». La Nation reconnaissante a conservé sa  personnalité juridique et un Maire est désigné par le Préfet.

Des Associations du souvenir ont dégagé le tracé de ses rues, l’emplacement des maisons. Depuis 1979, Notre Dame de l’Europe Chapelle votive, appelle à la fraternité et à la paix. Comme toutes les communes, Fleury a son monument aux morts qui se dresse non loin de deux stèles érigées à la mémoire des sous-lieutenants HERDUIN et MILANT, fusillés pour l’exemple.  

FORT DE DOUAUMONT.

Nous poursuivons notre périple par la visite du Fort de Douaumont. Sa construction débute en 1884. En 1914, il est considéré comme la pièce maîtresse de la ceinture fortifiée de Verdun. Sa visite est une démarche pédagogique particulièrement riche qui nécessite un accompagnement de la réflexion et un éclairage de la découverte. Clément, notre guide,  a, par ses connaissances, par l’émotion et le ressenti qu’il nous fait partager, les qualités requises pour nous faire entrer dans l’enfer de la guerre.

La partie centrale du fort s’étend sur 2 niveaux, un rez-de-chaussée avec la laverie, la boulangerie, l’hôpital, le poste de commandement, les réserves de munitions ; au sous-sol, la réserve d’eau et de poudre. Le système de défense se compose de 2 tourelles : une équipée de mitrailleuses  et  l’autre d’un canon.

L’OSSUAIRE DE DOUAUMONT.

Devant l’Ossuaire a été aménagé le plus grand cimetière de la région près de 15 000 tombes sont répertoriées.

 2015 15 04 l ossuaire de douaumont   

 Le bâtiment s’impose par sa noblesse et la sobriété de ses lignes. Le corps principal est constitué d’un cloître de 137 mètres où se succèdent 46 tombeaux abritant les restes de 130 000 soldats français et allemands.

Dans l’axe, au-dessus du porche principal, se dresse  « la tour des Morts » haute de 46 mètres. En son sommet une cloche de 2 tonnes, le bourdon de la Victoire résonne 3 fois par jour.               

Nous terminons la visite par la projection d’un film « Des hommes de boue » qui retrace la bataille.

Notre visite se poursuit par la tranchée des baïonnettes. Ce monument a été construit par un américain Monsieur RAND et inauguré le 8 décembre 1920. Actuellement les baïonnettes ont disparu laissant place à une ligne de croix blanche.

Retour à l’hôtel-restaurant Prunellia.

Avant le repas du soir, nous buvons le verre de champagne de l’amitié offert par nos amis Mme et M. CHAMPION, accompagné de toast offert par le Prunellia.

 L'OUVRAGE DE LA FALOUSE - 

Cet ouvrage, en cours de restauration, a été racheté par 4 passionnés en 2007. Il permet d’aborder la vie quotidienne des soldats à l’arrière, l’évacuation et les soins aux blessés, l’occupation du soldat au repos. Pratiquement intact, l’accès à l’ouvrage est flanqué de 2 imposants monolithes bétonnés.                 

   2015 15 04 l ouvrage de la falouse  

A l’intérieur, sur la droite les chambres, les latrines, les magasins à vivres, la cuisine et la tourelle à mitrailleuses ; sur la gauche le couloir permet d’accéder à des chambres et à la tourelle équipée de 2 canons de 75 millimètres.

CENTRE MONDIAL DE LA PAIX

Le retour sur le centre de Verdun nous conduit vers ce qui était le Palais épiscopal, devenu le Centre Mondial de la Paix. Sur plus de 600 m2, on découvre et on comprend la Grande Guerre, son impact sur le XXème siècle, l’Europe et le monde. En 5 étapes, on nous offre un parcours accessible à tous sur « Que reste- t-il de la Grande Guerre ».

LA CATHEDRALE

Nous terminons notre visite par la Cathédrale. Par sa position dominante, elle attire tous les regards depuis le XIIème siècle ; c’est une perle de l’architecture romane avec sa nef à double cœur et son baldaquin torsadé en marbre des Ardennes.

C’est ensuite le retour vers le Prunellia, où, avant le repas Mme et M. MARTISCHANG, viticulteur en Alsace, nous invitent au pot de l’amitié.

Comme le faisaient les militaires de Verdun à partir de 1916, nous avons emprunté la Voie Sacrée pour Bar Le Duc où nous attendait l’inauguration de la très belle exposition présentée par  notre secrétaire Patrick AUBIE.

Nous terminons notre périple par une agréable soirée à la Meuse Gourmande.

                                                                                        Bernard COVERON

PS_ Veuillez excuser le retard pour la parution de ce compte-rendu, dû à des problèmes techniques.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Claude ASCENSI
  • 1. Claude ASCENSI | 12/05/2015
Bravo, cher Président, pour cette heureuse initiative d'un déplacement à Verdun. Il aura permis à un groupe d'anciens du 94 de rendre un bel hommage à de bien plus grands anciens, aujourd'hui tous disparus. Leur sacrifice, comme celui de tous les combattants tombés sous les plis de notre drapeau, mérite d'être honoré par les générations présentes et à venir. Je regrette sincèrement de n'avoir pu être des vôtres et vous remercie d'avoir retracé avec émotion votre parcours sur place. Bravo également à Patrick AUBIE pour l'exposition de Bar le Duc dont de très louangeurs échos me sont parvenus. Longue vie au 94 !
Bien amicalement à vous tous.

Général (2S) Claude ASCENSI, ancien chef de corps du 94 (1985-87)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×