1962 - LE RETOUR

APRES LES ACCORDS D'EVIAN

La signature des accords d’Evian prévoyait le retrait des troupes françaises d’Afrique du Nord.

Les bataillons du 94°RI sont renvoyés progressivement en métropole au cours de l’année 1962.

Le retour en France se fait comme à l’aller, par bateau, puis par trains militaires jusqu’aux camps de regroupements, passage obligé avant la dissolution.

Le 1er bataillon est dissous le 15 juin 1962 à Sissonne.

L’état-major et la CCS sont dissous à Batna le 30 septembre 1962.

Le 2e bataillon est dissous le 04 octobre 1962 et devient le 1er bataillon du 39e RI.

Le 3e bataillon est dissous le 15 octobre 1962 à Sissonne.

Pour les cadres du régiment quittant l’Algérie parmi les derniers se pose un cas de conscience tragique lié au sort réservé aux Harkis et à leurs familles après le départ des Français.

Face à ce dilemme, arguant qu’ils se trouvaient en danger de mort, le capitaine Jean Nouzille a organisé l’évacuation d’urgence de tous ceux qui étaient rassemblés à Batna sous sa responsabilité, évitant ainsi leur abandon.

Tous ont pu être embarqués vers la France.

Le drapeau du 94 est confié à la garde de la CISS N°6 qui occupait le quartier de tradition du régiment à Bar-le-duc (Quartier Excelmans).

 Une plaque, à l'initiation du Général C.ASCENSI a été apposé dans la caserne Excelmans.

Par contre on ne parle nulle-part des prélèvements d'effectifs d'appelés, désignés d'office, pour former des Forces locales, appelées UFO après l'armistice du 19 de mars 1962. Elles comprenaient des appelés européens avec des forces du FLN et sous leur commandement. Elles avaient pour but dans les accords d'Evian de faire  tampons et éviter des exctions. Voeux pieux qui n'ont eu que peu d'effet et n'ont pas empêché les massacres que l'on sait.

Des appelés Français Européens y ont laissé leur vie.

Voici d'après témoignages les éléments concernant le 94°RI :

Le 94ème RI a constitué 3 UFO, en Algérie, du 10 avril au début juillet 1962 Le 1er bataillon a constitué la 431 à Taberdga - Le 2ème bataillon la 432 à la ferme Martin Le 3ème la 433 à Aïn-Yagout Comme dans les 114 UFO algériennes, 17 FSE (Français de Souche Européenne) ont été mutés sans leur avis dans chacune de ces unités Nous parlions ordinairement de la Force Locale. Un certain nombre de nos camarades ont disparu et ont été tués durant leur passage dans la Force Locale. Parmi les 51 FSE mutés sans leur avis dans ces 3 UFO, certains doivent être encore vivants. C'est leurs témoignages qui, précisément nous intéresseraient.

   

Ce sujet concerne certains des nôtres appelés en Algérie :

« Les engagements en Algérie, pour certains appelés  ne se sont pas tous terminés à la date des accords d’Evian du 19 mars 1962.

Accords d’Evian signé de manière quasi unilatérale puisque seulement signés par KRIM BELKACEM, le seul signataire algérien de ces accords. Il fut, en 1969, condamné à mort par contumace puis assassiné à FRANCFORT en Allemagne le 20 octobre 1970.

Ces accords  n’ont donc jamais été réellement entérinés par le gouvernement algérien. Ben BELLA premier Président de la république a même demandé leurs modifications.

Ce qui a permis au FLN de d’agir sans vergogne vis-à-vis des HARKIS, des « PIEDS NOIRS » et même vis-à-vis des APPELES MISSIONNES devant rester en Algérie suite à ces ‘’fumeux’’ accords d’Evian. »